Exposition Biennale de Venise

© ph. varianti.it

Le thème retenu par le Pavillon britannique lors de la 12ème Biennale Internationale d’Architecture de Venise, qui s’est tenue du 29 août au 21 novembre 2010, était Venise elle-même. Le studio muf architecture/art, directeur artistique de cette édition, avait précisé que seuls les 8 petits calepins rédigés par John Ruskin au XIXème siècle pourraient être ramenés du Royaume-Uni, ce qui fut fait en les empruntant auprès de la Bibliothèque Ruskin de l’Université de Lancaster. Ruskin avait en effet acheté ces carnets à Venise et les avait utilisés pour y prendre des notes en vue de sa grande œuvre, Les Pierres de Venise.

© ph. varianti.it

Le reste du matériel devrait être trouvé exclusivement en Vénétie, avec le message sous-jacent suivant: dans tout projet de design, il faut en premier lieu observer les détails qui nous entourent.De là est née cette belle opportunité de travailler avec Arper et d’utiliser leurs chaises Leaf et Palm en notre pavillon. Basée à Trévise, à 20 kilométres de Venise, Arper est une entité locale d’envergure internationale: s’appuyant depuis toujours sur un réseau de fournisseurs locaux, principalement italiens, Arper propose des produits offrant un très haut niveau de qualité et de design, appréciés de par le monde.

© ph. varianti.it

La chaise Leaf, grâce au design délicat de sa structure métallique, est ainsi devenue partie intégrante de l’espace Lagoon, un volet de l’exposition destiné à une meilleure compréhension du lien unissant Venise à son environnement naturel.

© ph. varianti.it

Au centre de la pièce, une table à dessin réalisée par l’atelier de menuiserie vénitien Spazio Legno (sur l’île de la Giudecca) invitait les visiteurs à s’assoir sur une version vert clair de l’une de ces chaises et à dessiner les oiseaux nichant dans la Lagune.

© ph. varianti.it

A cette fin, le Musée d’Histoire Naturelle de Venise nous avait prêté quelques spécimens empaillés, certaines espèces étant dorénavant disparues; disposés d’une certaine manière, ils donnaient l’impression de regarder vers l’extérieur, en direction de la Lagune, et, au-delà, vers une large vasque remplie d’eaux saumâtres puisées dans la Lagune, recelant la diversité et la richesse de la flore locale (graminées, roseaux, lavande aspic, salicornes), typique de la Vénétie.Réalisée par les scientifiques Jane da Mosto et Lorenzo Bonometto, la vasque de 9 métres de long a été l’un des projets les plus ambitieux du pavillon, retenant l’attention de centaines d’écoliers vénitiens venus le visiter.Maintenant que la Biennale est terminée, nous pouvons rentrer chez nous avec un sentiment de légèreté, en espérant que le matériel exposé trouve à Venise un site l’accueillant de manière permanente. Seuls les carnets de Ruskin et quelques cartons remplis de catalogues retourneront au Royaume-Uni. Cela dit, pour reprendre l’expression de “Projet à Double Sens” de muf, nous repartons avec de nombreuses idées qui prendront certainement forme dans un futur proche.

Vicki Richardson, Directeur du département Architecture, Mode et Design au British Council et Commissaire du Pavillon Britannique

Afin de vous offrir la meilleure navigation possible sur notre site internet, nous utilisons des cookies, même des cookies tiers. En continuant la navigation, vous déclarez accepter l’utilisation des cookies en conformité avec les termes d’utilisation cités. Pour en savoir plus et pour modifier vos préférences, veuillez consulter notre politique de confidentialité