Vers un design humanisé

© Marco Covi

Il y a douze ans, à l’occasion du salon Orgatec, la marque italienne Arper dévoilait l’une de ses créations incarnant sa nouvelle orientation conceptuelle : Catifa, une chaise élégante et gestuelle, se prêtant aussi bien au bureau qu’à la maison. Aujourd’hui, Arper continue à rapprocher les environnements soft contract et résidentiel, en accordant une place toute particulière à l’élaboration de meubles à même de s’adapter à notre façon moderne de travailler: fonctionnels mais confortables, élégants mais modernes, technologiquement compatibles mais adaptés aux besoins de l’homme. S’il ne s’agit pas là d’une direction nouvelle pour Arper, cela n’en constitue pas moins une dynamique unique sur le marché actuel. Douze ans plus tard, Arper retourne à Orgatec : l’occasion pour Claudio Feltrin, directeur général d’Arper, de revenir sur l’orientation conceptuelle d’Arper.

Quels sont les éléments essentiels d’un espace de travail contemporain ?
Aujourd’hui, ce qui compte, c’est l’innovation (des produits, des processus, de la communication). L’innovation ne peut être générée que par une gestion intelligente et consciente de la connaissance concurrentielle, cette dernière s’appuyant de toute part sur les technologies de l’information et de la communication. L’utilisation de ces technologies a augmenté de manière exponentielle ces dix dernières années; en conséquence, le paysage actuel du monde du travail s’est dynamisé, exigeant des espaces plus adaptables, plus mixtes, plus partagés, induisant des méthodes alternatives toujours plus imaginatives, plus souples, plus réceptives.Aujourd’hui, le bureau traditionnel continue d’exister, mais c’est un modèle parmi de nombreux autres. Ce qui prime dorénavant, c’est le concept de flexibilité et d’adaptabilité de l’espace de travail. Nous avons désormais besoin de confort (d’un endroit pour nous asseoir), de technologies intégrées (d’un endroit pour utiliser la tech- nologie numérique) et d’adaptabilité (d’avoir la possibilité de reconfigurer l’espace).

© Marco Covi

En quoi les attentes des consom- mateurs en termes d’ameublement se sont-elles modifiées depuis les débuts d’Arper ? Comment Arper répond-elle à ces demandes ?
Nous avons toujours proposé, et cela dès le début, des meubles à mi-chemin entre le soft contract—tous les espaces publics, exception faite des bureaux opérationnels— et l’intérieur contemporain.Nous avons toujours envisagé les espaces publics dans une perspective d’ouverture. Nous étions convaincus que l’alliance de la beauté et de la flexibilité que l’on retrouvait de manière traditionnelle dans des environnements résidentiels pouvait parfaitement être transposée dans un espace public. C’est pourquoi, d’un point de vue marke- ting, nous n’avons pas communiqué sur nos produits en les cantonnant à tel ou tel contexte particulier. En réalité, c’est le public lui-même qui a décidé que la chaise Catifa, par exemple, serait idéale pour le genre de bureau qui commençait à se des- siner. Un ‘soft office’ cherchant un équilibre confortable entre forme et fonction, et non plus une approche basée sur la technique et la fonction. Pour répondre à cette évolution, nous nous sommes alors intéressés aux espaces communs à l’intérieur des bureaux, en développant des systèmes de sièges s’adaptant aux salles d’attente ou aux espaces lounge, et des tables, sans nous préoccuper des aspects esthétiques et techniques des fauteuils opérationnels traditionnels et de leurs configurations mécaniques.Ces dernières années, la perception des objets technologiques a évolué, favorisée par le développement esthétique des TIC : aujourd’hui, les gens découvrent qu’un objet fonctionnel peut également être un bel objet. Les évolutions sociales des lieux de travail ainsi que l’humanisation du monde de la technologie et sa recherche de la beauté nous poussent à envisager une approche différente du fauteuil opérationnel et des autres meubles spécialement conçus pour le bureau.

© Marco Covi

En quoi la mutation des schémas de travail (technologie sans fil, télétravail depuis chez soi, d’un café ou d’un hôtel) a-t-elle influencé le design d’Arper ? Arper s’intéresse-t-elle à la multifonctionnalité?
Le travail s’appuyant sur les nouvelles tech- nologies a totalement changé le scénario des environnements de travail : tous les aspects de notre vie, y compris notre lieu de travail, sont devenus plus intégrés. Ces changements ont incité les gens à essayer de redéfinir leurs espaces de travail : moins de distraction, moins de bruit, moins de banalité.Aujourd’hui, le marché est à la recherche de produits offrant flexibilité et adaptabilité, pour des espaces à la fois privés et publics. Il en va de même des lieux de travail contemporains. Arper s’est concentrée sur ces notions de flexibilité et d’adaptabilité depuis le lancement de Catifa, ici même à Orgatec, il y a 12 ans. Catifa est le manifeste de ce concept : lorsque nous avons présenté Catifa 53 en 2001, nous la proposions déjà en une vaste gamme de piètements et d’options. Cette collection était donc ajustable à une grande variété de domaines et d’utilisations, nombre d’entre eux étant liés au monde du travail Cela semble aujourd’hui aller de soi, mais c’était une approche très innovante à l’époque. Après Catifa, nous avons continué à développer des systèmes articulés de produits, afin de renforcer cette idée alliant « adaptabilité et cohérence » : la collection Zinta en est l’exemple le plus récent et le plus frappant.D’une certaine manière, la transformation du bureau traditionnel en un concept plus ample de l’environnement de travail a ouvert de nombreuses opportunités à Arper et à ses produits. Elle nous a également amenés à repenser à la signification du mot ‘innovation’. Le concept de Soft Tech—des innovations technologiques à l’approche holistique, en harmonie avec les réels besoins de l’homme—s’incarnera parfaitement dans les nouvelles collections que nous présentons à Orgatec.

© Marco Covi

En quoi les nouveaux produits créés par Arper prennent-ils en compte les condi- tions contemporaines ?
L’idée sous-jacente au Soft Tech est de concevoir des produits adaptables offrant un confort naturel par le biais d’une technologie dissimulée, ce qui leur confère un air de grande légèreté. Ces idées s’incarnent de façon concrète dans nos nouvelles collections Kinesit, Catifa Sensit et Parentesit. Tous ces produits portent en eux les gênes d’Arper. Ils sont esthétiquement raffinés et essentiels ; intelligents puisque conçus pour respecter les règlementations, sans être guidés par elles— ; et fonctionnels— déclinables en de nombreuses versions, ils sont en outre personnalisables. Mais surtout, ils envisagent l’homme d’un point de vue holistique : ce dernier est en effet à la recherche d’espaces de travail beaux, sympathiques, plus doux, moins formels. Nous sommes convaincus que ces produits transcendent les frontières techniques d’Arper, ces dernières ne constituant que l’étape logique suivante au sein de l’esprit d’Arper. Prenez Kinesit, par exemple. Ce fauteuil comporte un soutien lombaire ainsi qu’un dispositif de réglage en hauteur ; ses accoudoirs peuvent être réglés ; un mécanisme sensible au poids permet de l’incliner. Tout est là pour vous offrir un confort réel. Mais, avec Kinesit, c’est le fauteuil qui répond au mouvement naturel du corps, et non le corps qui s’adapte aux régulations de la classique chaise de bureau. Dernier point et non des moindres : le mécanisme offrant une telle liberté et un tel confort est totalement intégré, dissimulé derrière une élégante silhouette organique. En le regardant, en particulier dans sa version tapissée, il est difficile d’imaginer les performances fonctionnelles se cachant derrière son si joli profil.Nous pensons que cette collection devrait connaître un certain succès au sein d’un marché aujourd’hui encore minoritaire, mais cependant appelé à se développer fortement que l’on parle de bureau contemporain ou d’espace résidentiel.

L’esthétique a-t-il sa place dans un lieu de travail? Les rôles dévolus à la beauté et à la fonctionnalité ont-ils évolué en matière de design intérieur ? Dans quelle mesure l’esthétique d’un espace bureau affecte-t-il le travail effectué ?
Je suis convaincu que nos actions sont influencées par notre environnement. Arper est une entreprise italienne : en Italie, partout où le regard se porte, tout n’est que beauté, du paysage, de l’architecture, de la nourriture... Cela modèle nos perceptions et nos valeurs. Lorsque le succès d’une entreprise repose sur des gens talentueux et créatifs, elle se doit de leur offrir un environnement stimulant l’efficacité et, au-delà, l’identification. Un environnement à la fois beau et motivant est nécessaire non seulement pour ceux qui y travaillent mais également pour attirer visiteurs et potentiels collaborateurs talentueux. Mais, pour bien travailler, un environnement parfait ne suffit pas. Une entreprise doit également satisfaire les besoins et les attentes de ses employés qualifiés et des travailleurs du savoir d’aujourd’hui : une bonne organisation, avec juste ce qu’il faut de bureaucratie, ainsi qu’une ‘organisation horizontale’, s’appuyant sur un travail effectué à la fois de manière autonome et en collaboration avec d’autres, reposant sur une vision et des buts, pas seulement sur des règles. Une fois ces facteurs mis en place, les employés trouvent alors un sens et du plaisir à leur travail.

Afin de vous offrir la meilleure navigation possible sur notre site internet, nous utilisons des cookies, même des cookies tiers. En continuant la navigation, vous déclarez accepter l’utilisation des cookies en conformité avec les termes d’utilisation cités. Pour en savoir plus et pour modifier vos préférences, veuillez consulter notre politique de confidentialité